Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 décembre 2014 7 07 /12 /décembre /2014 00:00

Jean-Isidore Harispe

né le 5 décembre 1768, à Saint-Etienne-dé-Baygorry (Basses-Pyrénées). Son père était un riche propriétaire basque, il fit élever son fils chez un curé. Le jeune Harispe servit d’abord en qualité de volontaire en 1792 ; élu en 1793 commandant d’une compagnie franche recrutée chez les Basques ; il se distingua à l’armée d’Espagne, passa en Italie en 1800 et fit la campagne de 1806 comme colonel des chasseurs basques, devenus 16ème demi-brigade. Blessé grièvement à Iéna, il fut nommé général de brigade dans la même campagne. Placé sous les ordres du maréchal Lannes, il combattit glorieusement à Gudstadt, Heilsberg et Friedland, où il fut atteint d’un coup de mitraille. En 1808, il entra en Espagne en qualité de chef de l’état-major du maréchal Moncey et s’y rendit célèbre autant par des actes d’une éclatante bravoure, que par des talents stratégiques et toutes les qualités qui distinguent les généraux en chef. Il assista à la bataille de Tudela, aux sièges de Saragosse et de Lérida, etc. Nommé général de division le 12 octobre 1810, il se distingua sous les murs de Tarragone, contribua puissamment en 1811 à la conquête du royaume de Valence, se couvrit de gloire à la tête de sa division, à la bataille de Sagonte et à vingt autres combats, et fut créé comte de l’Empire le 3 janvier 1813. En 1814, il était sous les ordres de Soult, et quand l’armée commença sa marche rétrograde, il défendit le terrain pied à pied. Pendant la retraite de la Bidassoa, Harispe, avec sa division affaiblie par des pertes nombreuses, résista à toute l’armée anglaise, la chassa de Saint-Jean-Pied-de-Port et de Baygorry, son village natal, battit en brèche sa maison paternelle, le château d’Echaux, occupée par Mina avec 6.000 hommes, força le chef espagnol à l’évacuer en n’y laissant que les quatre murailles, puis se jeta dans les Pyrénées, souleva les habitants au nom de la patrie en danger et repoussa plusieurs fois avec succès les tentatives d’invasion. A Orthez, le 27 février, il contint une division portugaise ; le 20 mars, il combattit à Tarbes. Le 10 avril, à Toulouse, où Soult l’avait chargé de défendre les hauteurs du Calvinet, dont les redoutes étaient à peine achevées, il se battit jusqu’à la dernière extrémité et eut le pied fracassé par un boulet. Il dut souffrir l’amputation et resta blessé et prisonnier à Toulouse ; il reçut de Wellington et autres chefs ennemis des témoignages de la plus haute considération. En 1815, l’Empereur lui confia de nouveau la défense des Pyrénées. Pendant la Restauration, le général Harispe fût créé chevalier de Saint-Louis et appelé au commandement de la 15ème division militaire. Au mois de mars 1815, il prit celui de la 1ère division de l’armée des Basses-Pyrénées, chargée de surveiller, entre Bayonne et Saint-Jean-Pied-de-Port, la frontière menacée par les Espagnols. Après la seconde abdication de l’Empereur, au moment où les Espagnols se disposaient à pénétrer sur notre territoire, Harispe se mit à la tête des gardes nationales du pays et de ses intrépides chasseurs basques et arrêta le mouvement des Espagnols. Après le licenciement, il se retira dans son château de Lacarre, près de Saint-Jean-Pied-de-Port, fut député durant les sessions de 1831 et 1834, membre du Conseil général des Basses-Pyrénées, Pair de France le 15 décembre 1825, commandant de la 20ème division militaire (Bayonne). Il entra de droit au Sénat du Second Empire en janvier 1852. Il est décédé le 26 mai 1855 à Lacarre.  Son nom est inscrit sur l’arc de triomphe de l’Étoile, côté Ouest.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Napoleon Ier - dans Calendrier
commenter cet article

commentaires

1er Consul

2 août 1802 jusqu'au 18 mai 1804

en_premier_consul.jpg

Napoléon Ier

370px-Ingres-_Napoleon_on_his_Imperial_throne.jpg

18 mai 1804 au 6 avril 1814 et du 20 mars 1815 au 22 juin 1815

napoleon1er

Liens